giovedì 13 dicembre 2007

I proletari


Ci son delle superpetroliere che sconciano le onde
Con 10 uomini d'equipaggio si va fino in capo al mondo.
Prima, ce ne volevano 30, non era conveniente,
Olé, 20 son disoccupati! I prezzi saranno piu' ragionevoli.
Ma di tutti 'sti marinai che cosa ne faremo?
Ma di tutti 'sti marinai che cosa ne faremo?
Se ne andranno in città, trallalero trallalà,
Li si metterà in fabbrica: c'e' sempre penuria di proletari!

Han lavorato abbastanza per sé, l'agricoltura familiare non conviene,
tiene l'Europa in ritardo, fuori dalla competizione.
Ci son troppi agricoltori, non e' ragionevole,
Qualche milione restera' disoccupato e l' "Europa verde" sara' possibile.
Ma di tutti 'sti contadini che cosa ne faremo?
Ma di tutti 'sti contadini che cosa ne faremo?
Se ne andranno in città, trallalero trallalà,
Li si metterà in fabbrica: C'e' sempre penuria di proletari!

E tu, piccolo commerciante, tu morirai d'IVA.
Ma se s'aiuta tutta 'sta gente, la bomba come la si fa?
Il piccolo commercio deve morire, non conviene.
Vattene al supermercato, i prezzi saranno piu' ragionevoli.
Ma di tutti 'sti commercianti, che cosa ne faremo?
Ma di tutti 'sti commercianti, che cosa ne faremo?
Se ne andranno in città, trallalero trallalà,
Li si metterà in fabbrica: c'e' sempre penuria di proletari!

A Nantes, a Rennes o a Brest di lavoro proprio non ce n'e'.
Vorrebbero restare a casa loro, allora, che si deve fare?
Spostar tutte le fabbriche? Proprio una bella cazzata!
E allora, che vengano nella capitale, per il padrone, e' piu' conveniente.
Ma di tutti questi immigrati che cosa ne faremo?
Ma di tutti questi immigrati che cosa ne faremo?
Se ne andranno in città, trallalero trallalà
Anche facendo il pieno di impiegati, ci saran sempre troppi proletari!

E se ci son troppi disoccupati, ci saranno disordini:
Ci vorranno dei poliziotti per mantenere l'ordine.
Hitler lo aveva gia' detto: "Un disoccupato non e' conveniente:
Un soldato costa meno ed e' assai piu' ragionevole."
Ma di tutti 'sti poliziotti che cosa ne faremo?
Ma di tutti 'sti poliziotti che cosa ne faremo?
Se ne andranno in citta' trallalero trallalà,
A pestare gli operai, a pestare i loro fratelli

Se ne andranno in citta', trallalero trallalà,
A pestare gli operai, a pestare i loro fratelli!

Gilles Servat, 1971.

1 commento:

Venturik ha detto...

Les Prolétaires
Gilles Servat

Y'a des pétroliers supers qui foutent le deuil sur l'onde
Avec dix hommes d'équipage, on s'en va au bout du monde
Avant, il en fallait trente, c'était pas rentable
En voila vingt au chômage les prix s'ront plus supportables
Mais de tous ces matelots, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Mais de tous ces matelots, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Il s'en iront à la ville, tralalalalère
On les mettra à l'usine, on manque toujours de prolétaires

Assez travaillé pour soi, la petite exploitation
Maintient l'Europe en retard, hors de la compétition
Il y a trop d'agriculteurs, c'est pas raisonnable
Quelques millions au chômage, et l'Europe verte sera viable
Mais de tous ces paysans, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Mais de tous ces paysans, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Il s'en iront à la ville, tralalalalère
On les mettra à l'usine, on manque toujours de prolétaires.

Et toi petit commerçant, tu mourras d'la TVA
Mais si on aide ces gens-là, la bombe, comment on la f'ra ?
Le p'tit commerce doit mourir il n'est pas rentable
Va t'en au supermarché, les prix s'ront plus abordables
Mais de tous ces commerçants, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Mais de tous ces commerçants, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Il s'en iront à la ville, tralalalalère
On les mettra à l'usine, on manque toujours de prolétaires.

À Nantes, à Rennes ou à Brest, du travail il n'y en a guère
Ils voudraient rester chez eux, alors comment faire?
Déplaceer tout's les usines, c'est complèt'ment con, eux
Qu'ils vienn'nt dans la capitale, pour l'patron c'est plus valable
Mais de tous ces émigrants, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Mais de tous ces émigrants, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Il s'en iront à la ville, tralalalalère
Même en f'sant plein d'fonctionnaires, y'aura toujours trop d'prolétaires.

S'il y a trop de chômage, y'aura du désordre
Il faudra des policiers pour maintenir l'ordre
Hitler le disait déjà, un chômeur c'est pas rentable
Un soldat ça coûte moins cher et c'est bien plus raisonnable
Mais de tous ces policiers, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Mais de tous ces policiers, qu'est-ce qu'on va en faire ?
Il s'en iront à la ville, tralalalalère
Taper sur les ouvriers, taper sur leurs frères

Il s'en iront à la ville, tralalalalère
Taper sur les ouvriers, taper sur leurs frères.